Le groupe pétrochimique Ineos se lance dans l’automobile avec le 4×4 Grenadier

grenadier

Fonctionnel avant tout et présentant une vraie capacité de franchissement : c’est ce que le site officiel du projet laisse apercevoir de l’Ineos Grenadier, un 4×4 qui sera assemblé au Pays-de- Galles et commercialisé dès 2021. Avec ce projet, le groupe du milliardaire Jim Ratcliffe avance dans la diversification.

Un véhicule utilitaire aux formes anguleuses

Le Grenadier sera entre autres doté d’un châssis en échelle, quatre roues motrices permanentes, et d’essieux en poutres. Le directeur commercial d’Ineos automobile parle d’« enlever le S de SUV ». Autrement dit, il s’agit d’un véhicule utilitaire qui s’adresse aux travailleurs. Le modèle devrait être disponible sous plusieurs configurations, dont le pick-up, et présenter une capacité de tractage de 3,5 T. Ineo entend proposer un 4×4 puissant, robuste et durable.

Concernant la carrosserie, le site parle de privilégier les angles aux courbes, la fonctionnalité au design. Le modèle Grenadier pourrait se rapprocher du mythique Defender. D’ailleurs, ce nouveau 4×4 se veut être le successeur du fameux modèle de Land Rover, dont Jim Radcliffe n’a pas réussi à acheter les droits. Le Grenadier est donc le moyen de concrétiser son rêve. Ce milliardaire a eu l’idée de ce 4×4 dans un pub londonien qui s’appelle Grenadier, d’où le nom du véhicule.

Ineos compte commercialiser son 4×4 d’ici 2021. Pour faire des économies, le groupe envisage de fabriquer 25 000 unités par an. Le prix se situera entre 28 000 £ et 38 000 £. Sur le marché, la concurrence est essentiellement représentée par le Land Rover Defender lui-même.

Une petite bouffée d’air pour l’industrie automobile britannique

Le secteur automobile connaît une grande instabilité en raison du Brexit. À Bridgend, ville du Pays de Galles où Ineos compte assembler son futur Grenadier, une usine Ford va bientôt fermer, remettant en cause 1 700 emplois. Honda compte également fermer son site à Sunderland d’ici 2 ans.

Dans ce contexte, la construction du Grenadier représente une bonne nouvelle pour le secteur. Le projet est à l’origine de 200 emplois directs, et Ineos compte embaucher jusqu’à 500 personnes sur le long terme. Le groupe espère fabriquer les châssis au Portugal, impliquant également jusqu’à 500 postes à pourvoir. Le moteur sera pour sa part fourni par BMW.

Ineos n’est pas la seule société britannique à aborder le secteur automobile dans une optique de diversification. Le groupe Dyson, également dirigé par un milliardaire pro-Brexit, compte produire prochainement des voitures électriques avec des usines implantées sur le continent asiatique. Le Grenadier est pour sa part un modèle thermique traditionnel, qui sera sûrement disponible en versions essence et diesel.

Rappelons qu’Ineos est un groupe spécialisé dans le secteur pétrochimique, avec des activités englobant l’exploitation pétrolière, le raffinement et le traitement de dérivés pétroliers. Sa croissance est basée sur le rachat de sites de production et de sociétés pour favoriser le développement externe. Aujourd’hui, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 600 milliards de dollars, dont plus de 500 millions d’euros pour la filiale française. Au total, il emploie plus de 22 000 personnes.

La construction du Grenadier n’est pas la première activité du groupe en dehors de la pétrochimie. En 2017, il rachète le Football Club Lausanne-Sport. En mars 2019, il devient le nouveau sponsor du groupe cycliste Sky, qui devient Ineos. Il a gagné le Tour de France avec Egan Bernal. En août, il rachète un autre club de football, l’OGC Nice.

Jim Ratcliffe, ingénieur en chimie, a fondé Ineos en 1998 et préside le groupe jusqu’à présent. Milliardaire pro-Brexit, il est devenu l’homme le plus riche du Royaume-Uni en 2018. La même année, il est anobli au rang de Knight Bachelor.