L’éco-conduite est une nouvelle manière de conduire son véhicule qui entraine une baisse de la consommation de carburant et des émissions de CO2 dans l’atmosphère, une usure moins rapide de ses composants mécaniques et une diminution des dépenses. L’éco-conduite traduit aussi une nouvelle conception de l’usage de la voiture et une étude préalable des trajets à parcourir. Enfin, en adaptant les reflexes et les gestes du chauffeur à ceux des autres automobilistes, l’éco-conduite, rend la circulation plus fluide, diminue les tensions et contribue ainsi à l’amélioration de la sécurité routière.

Depuis la réforme de 2009, ce nouveau style de conduite fait désormais partie de la grille d’évaluation de l’épreuve pratique du permis de conduire. Il est donc toujours utile de rappeler les principes de l’éco-conduite et ses principaux avantages économiques et environnementaux :

Bien choisir son véhicule et bien l’entretenir

étiquetageDepuis le 10 mai 2006, les constructeurs s’étaient engagés à mettre des étiquettes-énergie sur les voitures neuves destinées à être vendues. En parallèle, un système de bonus pour les véhicules de classe A et B (moins de 130 g de CO2/km) et de taxation des véhicules de classe G (160 à 200 g/km) à l’immatriculation a été instauré.

Après plus de 10 ans, on peut donc affirmer que l’automobiliste est maintenant en mesure de choisir un véhicule non pollueur qui va l’aider à adopter une conduite éco-citoyenne (surtout les voitures au GPL, à essence et au diesel sans soufre). Les nouveaux véhicules sont équipés d’un ordinateur de bord, d’un système Stop & Start, d’un régulateur de vitesse… Ces équipements ne peuvent que faciliter l’apprentissage de l’éco-conduite.

Dans les véhicules âgés de plus de 10 ans, suivez de près le compte-tours dans le but d’éviter d’accélérer à fond dans toutes les circonstances. Passer le plus vite possible à la 4ème et à la 5ème vitesse : un moteur qui roule à bas régime consomme moins de carburant !

Seulement, l’apprentissage de l’éco-conduite ne dépend pas uniquement de l’âge du véhicule, de sa classe énergétique ou encore des équipements électroniques : l’entretien a aussi son mot à dire. En effet, un véhicule mal entretenu consomme plus d’énergie.

Il est donc primordial de bien choisir l’huile moteur et de la changer avec tous les filtres selon un kilométrage préétabli. Les contrôles techniques et les diagnostics moteur sont obligatoires quand on constate une perte de puissance, un manque de reprise ou un bruit anormal (calculateur, débitmètre d’air, filtre à particules, vanne EGR…).

Le contrôle de la pression des pneus n’est pas moins important que le contrôle mécanique : quand le pneu est sous-gonflé, il devient plus large sur la route et oblige le moteur à fournir plus d’efforts pour le faire tourner, donc à consommer plus de carburant.

En plus, quand on roule sur des chaussées déformées (dos d’âne…) ou quand on change de pneus, il est conseillé de vérifier l’équilibrage, le parallélisme et le carrossage une fois par an.

Ménager le moteur au démarrage matinal, passez vite aux vitesses supérieures, puis continuez votre trajet à vitesse constante

carAu démarrage matinal, il n’y a aucune raison pour « chauffer » le moteur durant plusieurs minutes au parking. Les nouveaux moteurs se chauffent en roulant et çà ne prendra que 5 à 10 minutes. Un moteur qui fonctionne avec un véhicule stationné s’use plus rapidement. On peut s’en apercevoir avec la couleur de l’huile qui devient noir foncé (poudre métallique libérée par les frottements excessifs) un mois après la vidange.

Il est préférable de prendre la route après le premier démarrage pour préserver votre moteur et diminuer sa consommation de carburant.

Débarrassez-vous des idées reçues ! La première sert uniquement à faire bouger le véhicule de son lieu de stationnement. S’acharner à accélérer à fond en seconde et en troisième ne sert qu’à gaspiller du carburant : plus le nombre de tours/mn est élevé, plus la consommation de carburant est importante ! Pourtant, le compte tours est là pour vous guider : passez à la vitesse supérieure à partir de 1900 tours/mn pour les véhicules à essence, à partir de 1700 tours/mn pour le diesel et à partir de 2000 tours/mn pour le turbo diesel. L’idéal est d’atteindre la quatrième en 40 km/h et la cinquième à 50 à 60 km/h. Un moteur qui roule à bas régime consomme moins de carburant !

citroen xsaraUne fois en route ou en autoroute, utilisez le régulateur de vitesse pour choisir la vitesse avec laquelle vous allez terminer le trajet. Ce choix doit être modéré : ni trop élevé pour consommer trop de carburant, ni trop bas pour arriver en retard. Il doit aussi vous permettre d’éviter les accélérations et les freinages inutiles qui entrainent une surconsommation d’énergie. Par exemple, en roulant seulement à 110 km/h sur l’autoroute, on peut facilement passer à 80 km/h en rétrogradant de vitesse à l’approche d’un péage. À l’arrivée, celui qui roule à 140 km/h n’aura une avance que de 7 à 8 mn, mais il aura un surplus de consommation de carburant de 4 ou 5 litres…

Quand on n’est pas pressé, le meilleur moyen pour consommer moins de carburant est de limiter sa vitesse.

Eco-conduite en ville : bien étudier ses déplacements, anticiper la circulation et bien gérer les arrêts

Pour les déplacements quotidiens, le trajet le plus court ne nous permet pas toujours d’éviter les retards au travail. Quand on est coincé dans un embouteillage, il sera difficile d’en sortir sans frais. L’éco-conduite est avant tout une conduite intelligente :

Quitter votre domicile une heure ou une demi-heure plus tôt ne représente pas un grand sacrifice. Il vous permet par contre de circuler tranquillement et d’arriver à temps. S’il y a des contraintes qui vous empêchent de sortir tôt le matin, aidez-vous du plan de la ville, de Google Maps, du GPS, de Waze ou des informations routières à la radio pour trouver une autre alternative économique (raccourcissement de la durée du trajet).

Dans tous les cas, pour avoir une conduite économique, il faut avant tout se familiariser avec l’itinéraire que vous aller emprunter. Il s’agit d’adapter votre vitesse à la topographie (montée ou descente), à l’emplacement des feux, à la densité du trafic…

Les déplacements sur de courtes distances doivent être faits à pied ou à vélo. En effet, il faut savoir que la consommation de carburant la plus élevée se fait quand le moteur est froid.

Quand on anticipe le trafic, on doit tenir compte de tous les objets présents sur la route, qu’ils soient fixes ou mobiles. Avec une vitesse stabilisée adaptée à l’itinéraire étudié, l’éco-conduite implique l’utilisation du frein moteur au lieu du frein à pied. On s’habitue à rétrograder de vitesse à temps pour s’arrêter au feu rouge ou avant un rond point giratoire. On garde une distance de sécurité qui nous épargne les freinages brusques. On monte une pente en seconde sans accélération au lieu de la monter en troisième avec accélération. On laisse le véhicule faire la descente tout seul sans accélération, mais sans mettre la boite à vitesse au point mort !

Il est inadmissible de laisser le moteur de sa voiture en marche pendant les arrêts du trafic. Parfois, quand on additionne les arrêts cumulés dans un embouteillage, on se rend compte qu’ils peuvent dépasser les 30 mn. Cela veut dire qu’on aura gaspillé du carburant tout en restant sur place. Avec le système Stop & Start, les moteurs des véhicules récents s’éteignent automatiquement après un arrêt de 30 secondes. Avec les autres voitures, il faut couper le moteur si l’arrêt dure plus de 20 secondes.

Diminuez la charge de votre véhicule, améliorez son aérodynamisme et utilisez ses équipements électriques d’une manière rationnelle

honda civicPlus la charge du véhicule est importante, plus sa consommation de carburant augmente. Cette loi s’applique quelle que soit la puissance du moteur. De plus, la montée d’une pente est plus difficile et demande plus d’énergie avec un véhicule surchargé. Déménager avec sa propre voiture sur une longue distance n’est pas toujours une solution économique, surtout si on fait plusieurs va et vient. Enfin, il faut rappeler que le carburant a du poids : il ne faut pas faire le plein du réservoir si vous n’en avez pas besoin à court terme.

L’aérodynamisme d’un véhicule en mouvement s’améliore en diminuant son frottement avec l’air. Quand le frottement du véhicule avec l’air augmente, sa consommation de carburant devient plus importante. C’est pourquoi vous devrez vous passer des barres de toit et fermer les fenêtres en roulant sur l’autoroute. En ville, la vitesse est réduite. L’ouverture des fenêtres n’influe donc pas beaucoup sur la consommation de carburant.

En sollicitant le moteur, le système de climatisation entraine une augmentation sensible de la consommation du carburant. Ce surplus de consommation peut atteindre les 30% de la consommation globale en ville, plus particulièrement dans les embouteillages. Pour garder une conduite éco-citoyenne, il faut limiter au maximum l’utilisation de la clim, sauf peut-être pour aider à désembuer le pare brise et la fenêtre arrière.

Limitez aussi l’utilisation des autres accessoires électriques comme l’autoradio, l’allume cigare…

Pièces et Pneus, c’est plus de 500’000 références de pièces et accessoires auto, pneumatique et outillage.